• Construite en 1910 par l'entrepreneur versoisien Papis sur les plans de l'architecte Auguste Bordier, la poste a été financée par les entreprises de Versoix.

    Sa construction fut décidée et prise en charge par des privés, dont le maire César Courvoisier; MM. Bristen, papetier; Dégallier, confiseur; Estier, minotier. Favarger, chocolatier.

    Les employés de la poste occuperont ces locaux jusqu'en 1982.

    Le panneau "Au Pas" invite les nombreux cyclistes à modérer leur allure.

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Les quelques facteurs de l'époque devaient traîner à bras les lourds chars jusqu'à la gare en empruntant  la rampe du même nom dont la chaussée n'était que gravelée.

    Chaque fois qu'il en avait la possibilité, l'entrepreneur Papis, dont l'écurie se trouvait à quelques pas, mettait à disposition l'un de ses chevaux pour tirer les envois de confiserie et de chocolat, qui représentaient souvent plusieurs tonnes.

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Bâtiment des Postes Versoix

     

    Armand Würst  Bureau de poste  Versoix 

    Bâtiment des Postes Versoix

    A la suite de la démission du maire Charles Ramseyer en 1945, Armand Würst buraliste postal, posa sa candidature et fut élu sans scrutin, étant le seul candidat. 

    De par la fonction qu'il exerçait avec un dévouement total, il connaissait la commune où il était né, sa population, dans les plus petits détails. 

    Si la candidature de M. Armand Würst à la mairie avait été une surprise, sa démission, un an plus tard, en aura été une autre.

     


    votre commentaire
  • Fondée en 1922 par une communauté religieuse, La Providence-Pouponnière  accueille les jeunes mamans en difficulté avec leurs bambins.   
    Année de grippe espagnole, 1924 voit partir les bébés en villégiature à la montagne.

     


    1 commentaire
  • Ancienne mairie et école du village 

     en 1905, avec le préau dit "la fosse aux ours", où les garçons prennent la récréation.

    L'hiver, les enfants descendent la rampe de la Gare à luge jusqu'à la route de Suisse.

    Les ouvertures arrondies abritent la bibliothèque et le local des pompiers; à gauche, se trouve la salle communale.

    Les bâtiments, ainsi que le buffet de la gare seront démolis entre 1969 et 1977, pour laisser la place aux immeubles et à la poste.

    L'école de Versoix

     

    Les filles suivent la classe de couture et de repassage au premier étage du bâtiment principal.

    La cloche de l'école a été coulée avec la fonte d'une cloche de l'église catholique, qui était fendue.

     

    L'école de Versoix 

     

    L'école de Versoix

     

    L'école de Versoix

     

    L'école de Versoix

     

    L'école de Versoix

     

    L'école au fond à droite

    L'école de Versoix

     

    Ecole de Versoix  une classe de 1887

    L'école de Versoix

     

    Classe de Mme Chouet  en 1890 

    L'école de Versoix

     

    Classe de M. Bard en 1890

    L'école de Versoix

     

     

     


    votre commentaire
  • Le domaine d'Ecogia a été propriété de la baronne Girod-de-l'Ain, née Mégard, jusqu'au décès de celle-ci en 1881.

    Par testament, la baronne léguait son domaine à une congrégation française de religieuses.

    Chassées par la persécution en France dès 1903, celles-ci doivent quitter leur orphelinat aux portes de Genève. Le 15 octobre, 3 enfants sont amenés de Vallard; le 1er décembre, 4 orphelines arrivent à leur tour, puis cinq autres quelques jours plus tard. 

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia 

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

     

    Ecogia

    Très modeste à ses débuts, l'oeuvre ne cessera de progresser, tenant plus tard une école ménagère où les jeunes filles apprenaient à broder. Les plus beaux drapeaux de nos sociétés viennent, dit-on d'Ecogia.

     Peut-être celui de cette société  de Versoix.  Photo du 20 août 1921 lors de la première fête Romande de gymnastique ouvrière.

    Ecogia


    votre commentaire
  • Propriété au XIXème siècle de Louis-Auguste Brun puis de Théodore Vernes d'Arlandes (1820-1893) ce dernier se distingua par sa grande générosité et un vif intérêt pour la vie de Versoix.

    D'habitude, Théodore Vernes vivait en hiver à Paris et en été dans sa belle propriété  Fleur d'Eau à Versoix-la-Ville. 

    Fleur d'Eau - La Grève

     

    Il vendit une partie de sa propriété , qui s'étendait jusqu'au lac, à sa belle-soeur, la comtesse Du Vivier de Fay de Solignac, qui y construisit la maison La Grève.

    Fleur d'Eau - La Grève

     

    Plus tard, Théodore Vernes d'Arlandes, devenu veuf, épousa la fille de la comtesse, qui devint ainsi sa belle-mère.

    Fleur d'Eau - La Grève

     

    Fleur d'Eau

     

    Fleur d'Eau 

     

    La Grève devint un Centre de loisirs

    Fleur d'Eau - La Grève


    votre commentaire